Qu’est-ce qui sort de votre orange?

La métaphore de l’orange

Il y a quelques années, j’ai pris connaissance de la métaphore de l’orange en regardant une vidéo de Wayne Dyer. La métaphore est bien simple selon lui. Si on prend une orange et qu’on la presse très fort, éventuellement, quelque chose va sortir de l’orange. Qu’est-ce qui va sortir de l’orange??? « Du jus d’orange, Marius, voyons! » C’est en fait la bonne réponse. Il faut se demander pourquoi c’est ce qui sort de l’orange. Si on presse une orange, jamais nous n’obtiendrons du jus de pomme ou du jus de pamplemousse. Non. Impossible. Chaque fois qu’on presse une orange, c’est du jus d’orange qui en sort. Pourquoi? Parce que c’est ce qu’il y a à  l’intérieur. Je sais, c’est très scientifique et complexe. Mais ce n’est pas tout.

Qu’est-ce qui sort de vous?

Si on applique ça à la personne que vous êtes. Vous êtes l’orange. Si la vie ou quelqu’un vous presse, qu’est-ce qui sort de vous? De la joie, de l’amour, de la colère, de la haine, de la peur, de l’anxiété? Ce qui sort de vous, c’est ce qu’il y a à l’intérieur de vous. Alors quand la vie vous envoie la pandémie ou que telle personne vous dit quelque chose qui vous fait réagir, ce qui sort de vous, c’est ce qu’il y a à l’intérieur de vous. Et selon W. Dyer, si on n’aime pas ce qui se trouve à l’intérieur, on peut le changer. Notre expérience de la vie se passe à l’intérieur. C’est important de s’en occuper. Comment voulez-vous vous sentir au quotidien?  Toujours selon W. Dyer, on ne peut pas donner ce qu’on n’a pas. Vous ne pouvez pas faire preuve d’amour, de compassion, de tolérance, d’empathie ou de bienveillance, si vous ne les portez pas d’abord en vous. C’est logique. Comme vous ne pouvez pas donner 20$ à quelqu’un si vous n’avez pas d’argent. Pour pouvoir donner 20$ à quelqu’un, il faut d’abord avoir 20$ dans son porte-feuille. Aimez-vous ce qu’il y a dans votre orange (et ce qui en sort) présentement?

Votre orange pédagogique

Habituellement, on associe davantage l’éducation à la pomme qu’à l’orange. Mais je crois que cette métaphore s’applique aussi à la pédagogie et à l’éducation en général. Lorsqu’on presse votre orange pédagogique (ADN institutionnel), qu’est-ce qui en sort? Lorsqu’on vous confie telle liste de classe, qu’un élève se comporte de telle façon, qu’un parent questionne votre jugement professionnel, qu’un collègue ne partage pas la même vision que vous, que vous devez vous ajuster grâce ou à cause de la pandémie… qu’est-ce qui sort de vous? L’amour, la tolérance, l’équité, le lâcher-prise, la gratitude, la peur, l’indifférence, la colère, le besoin de contrôler… le mépris? Si vous réfléchissez à votre pratique actuelle, quelles sont vos croyances et vos valeurs en pédagogie? Vous classez ou vous développez les élèves? Vous créez des gagnants et des perdants ou tous peuvent progresser? L’élève doit entrer dans votre moule pédagogique ou votre pédagogie permet aux élèves de devenir qui ils sont? Ce qui sort de nous, ce sont nos collègues et nos élèves qui le reçoivent.

Contrairement aux oranges, lorsqu’on presse les humains en éducation, ce qui en sort peut varier.

Si vous pouviez choisir (et vous le pouvez) ce qui se trouve dans votre orange pédagogique, qu’est-ce que vous choisiriez?

Merci de vos commentaires.

9 Nov, 2020

Recevoir le blog par courriel

Merci pour votre inscription!

Commentaires

5 Commentaires

  1. Junior Carrier

    Merci pour ce billet réflexif! J’ai particulièrement apprécié les références aux différents jus sur l’évaluation:  »Vous classez ou vous développez les élèves? Vous créez des gagnants et des perdants ou tous peuvent progresser? L’élève doit entrer dans votre moule pédagogique ou votre pédagogie permet aux élèves de devenir qui ils sont? ». Prendre conscience est un premier bon pas à faire pour amorcer le changement. Cette analogie est riche de sens. Merci encore!

    Réponse
    • Marius

      Bonjour Junior, je te remercie de prendre le temps de commenter. Je suis bien content que ce billet soit riche de sens pour toi. Parfois, des images comme celle-là peuvent nous aider à voir les choses autrement 🙂

      Réponse
  2. Joël McLean

    Mon ami Marius, j’ai bien apprécié ton billet ainsi que la métaphore. La première réflexion qui m’a passé par la tête: parfois, lorsqu’on presse notre orange, il y a du jus avec pulpe qui y sort, et d’autres fois, du jus sans pulpe. L’idée, c’est de ne pas avoir trop de pulpe, car ça devient trop nébuleux (négatif). Merci encore pour le billet !

    Réponse
    • Marius

      Salut mon ami, merci de prendre le temps de commenter. J’aime l’idée de la pulpe. Il faut mettre son masque pour la filtrer 🙂

      Réponse
  3. Monique Saulnier

    Je choisis le bonheur de collaborer, de coconstruire et de partager afin d’aider les gens dans ce changement en éducation. Je suis choyée de pouvoir travailler avec des éducateurs des trois districts francophones de notre province, car ensemble, on va plus loin. J’accompagne des enseignants extraordinaires qui veulent cheminer pour amener leurs élèves à développer les compétences nécessaires dont ils ont besoin pour réaliser leur projet de vie et de carrière. Au niveau personnel, je suis dans un beau cheminement de guérison et de découvertes qui m’amènent à faire de beaux aporentissages! 😃

    Réponse

Laisser un commentaire

Vous pourriez aimer

Maslow avant Bloom ? #onestCAPAB !

Habituellement, la rentrée scolaire nous permet de donner le ton à l’année. On se prépare, on accueille les élèves et...