Martin St-Louis : Mindset – Concept – Environnement – Leadership

Si vous suivez le hockey, vous savez que Martin St-Louis a récemment été nommé entraîneur-chef par intérim pour le CH. J’ai pris le temps d’écouter sa première conférence de presse diffusée le 10 février dernier. Je ne m’y attendais pas mais en écoutant son discours, j’ai fait plein de liens avec le monde de l’éducation. Pour m’aider à y voir clair, je prends le temps de les mettre par écrit. Voici donc 4 grands thèmes à retenir de la première conférence de presse de Martin St-Louis.

Mindset

Les journalistes avaient plusieurs questions à poser à Martin St-Louis, qui passait d’entraîneur de niveau Pee-Wee à la Ligue nationale de hockey. Dès le début, j’ai constaté les qualités de sa posture en tant qu’apprenant, comme vous pouvez le voir dans les répliques suivantes :

  1.  Au sujet de son inexpérience : « Je n’ai pas toujours les réponses (…) Mais les réponses sont partout autour de nous. »
  2. Au sujet de sa façon d’approcher le hockey : « J’aime étudier la game. »
  3. Au sujet de ce qui l’attend comme tâche : « Ce sera un processus. »
  4. Au sujet de comment il compte y arriver : « Ce sera un grand travail de collaboration. »
  5. Au sujet de son statut « par intérim » : « Je n’ai pas besoin de promesses. Donne-moi une opportunité et je vais tout donner. Je vais te montrer. »
  6. Au sujet du défi qui attend ses joueurs et lui : « Je suis un passionné. J’ai toujours aimé les défis. Si tu veux des choses faciles, c’est difficile de grandir comme humain. »

Quand on pense à tout ce qui nous arrive en éducation grâce ou à cause de la pandémie, je relis les 5 répliques et je me dis que le mindset de Martin St-Louis est requis présentement et sera requis dans l’après-pandémie. Il faudra trouver des nouvelles réponses en étudiant la game de l’apprentissage dans une société en évolution et accueillir des changements dans nos pratiques. Ça nécessitera assurément un grand travail de collaboration. Et chanceux que nous sommes, nous auront l’opportunité de créer l’école d’aujourd’hui. Ce sera tout un défi qui nous fera grandir. Passion, les amis. Passion.

Système vs Concept

Les journalistes ont questionné Martin au sujet de sa philosophie. Il dit qu’il y a plusieurs façons de jouer la game et qu’il préfère jouer un concept d’équipe ou de jeu plutôt qu’un système de jeu. Voir le visuel.

  1. Au sujet du système : « Les meilleurs joueurs lisent bien le jeu. Parfois dans un système, un très bon joueur devient ordinaire parce qu’il n’a pas de liberté. »
  2. Au sujet du concept, de la lecture du jeu et de la possibilité que les joueurs fassent des erreurs : « Je préfère que mes joueurs fassent de mauvaises lectures que de ne pas faire de lecture du tout. »
  3. Au sujet des statistiques avancées : « Les statistiques ne disent pas tout. Il serait intéressant d’avoir des statistiques avancées qui nous aident à avancer dans notre concept de jeu. Mais je dois aussi me fier à mon oeil et à mon “feel”. »

Dans l’école d’aujourd’hui, il est possible et souhaitable de personnaliser l’éducation en tenant compte de l’unicité de nos élèves. Pour y arriver, je me dis que nous devons faire des choses systématiquement pour favoriser la réussite de tous les élèves. Or nous devons aussi accueillir le concept, où les acteurs ont la liberté d’écouter leur instinct et de prendre les meilleures décisions pour les élèves. Après tout, un professionnel de l’éducation n’est pas simplement un technicien qui suit un manuel et un référentiel pédagogique. Les meilleurs enseignants écoutent leur instinct et ils prennent de multiples décisions à tous les instants. Et si le système échoue, malheureusement (combien d’élèves ne se développent pas avec les pratiques actuelles), il faut également accueillir la nature imparfaite du concept et de l’humain, qui fera parfois une mauvais lecture. Le système est-il prêt à accepter des erreurs qui viennent d’ailleurs que de lui-même? Avec un peu d’humilité, je pense qu’il peut y arriver. Le système, c’est du monde après tout. Ce qui nous amène aux données. J’aime bien la philosophie (lire concept) de notre collègue anglophone George Couros à ce sujet : « People driven, data informed ». Comme un bulletin scolaire ne dit pas tout au sujet d’un enfant, les données actuelles que nous sommes capables de générer ne disent pas tout au sujet du potentiel humain qui se trouve dans nos écoles. Les personnes et leur bien-être d’abord.

Environnement

  1. Au sujet de l’effort des joueurs : « Je veux que les gars travaillent fort physiquement mais je veux qu’ils travaillent fort mentalement aussi. Il y a différentes façons de mesurer l’effort. »
  2. Au sujet de la culture : « On a des attentes élevées pour tout le monde. C’est à l’entraîneur de garder les standards. »
  3. Au sujet du niveau de tension que vivent les joueurs : « Les joueurs ont besoin de s’amuser. »
  4. Au sujet des journées qui sont plus difficiles : « Don’t carry the negative to the next day. »

L’environnement. N’est-ce pas la chose la plus importante en éducation? Créer un environnement où tout est possible pour tous les apprenants? Un environnement où on s’amuse mais où l’effort est soutenu. Créer l’environnement, être gardien de la rigueur et laisser le négatif derrière soi. Il me semble qu’on peut aller loin avec ça. Après une mauvaise journée ou une mauvaise passe comme on dit, combien d’élèves transportent le négatif avec eux jour après jour? Pas parce qu’ils le veulent mais parce que les adultes s’en souviennent. Environnement, les amis.

Leadership

  1. Au sujet des gens qui doutent de lui : « Il y a toujours des gens qui doutent de nous ou qui nous critiquent. J’ai toujours vu ça comme du bruit (noise). Moi je bloque (ignore) le bruit. »
  2. Au sujet de la performance actuelle de l’équipe : « Je ne m’arrête pas à où est l’équipe présentement. On va se développer. Les joueurs ont besoin de s’amuser. »
  3. Au sujet de l’écart entre le niveau Pee-Wee et la Ligue nationale de hockey : « Le hockey, c’est le hockey. Je gère une équipe mais en réalité je gère des individus qui ont des personnalités différentes et des attentes. »
  4. Au sujet de ses priorités en arrivant : « Je dois apprendre à connaître mes joueurs. Tout le monde est différent et on ne coach pas tous les joueurs de la même façon. »
  5. Au sujet des idées qu’il a pour l’équipe : « C’est la job de l’entraîneur de convaincre ses joueurs de jouer d’une telle façon. S’ils n’y croient pas, ils ne le feront pas bien. »
  6. Au sujet de son équipe d’entraîneurs : « Je ne suis pas un dictateur. J’ai des idées mais je veux apprendre des autres. »
  7. Au sujet du leadership dans la chambre : « Il y a différentes façons d’être un leader. Je veux que chaque joueur soit un leader, à sa manière. Le leadership n’est pas nécessairement vocal. »

Ce qui nous amène au leadership. Lorsqu’on tente de faire des choses qui n’ont pas encore été faites ou qu’on sort des sentiers battus, même juste un peu, certains vont douter de nous ou nous critiquer. Je sais de quoi je parle 😉 C’est juste du bruit. Notre performance actuelle en tant que système/concept n’est pas le reflet de notre potentiel. On va continuer à se développer.  Mais ça va demander un leadership différencié, de l’écoute, de la cohérence, du sens et une place pour l’unicité de tous les acteurs en éducation. Et ça va faire du bruit, les amis. Dans l’école d’aujourd’hui, il doit y avoir une place pour l’instinct et la lecture du jeu (apprentissage) afin que tout le monde puisse être un leader, à sa façon.

Enfin, les journalistes ont aussi questionné Kent Hughes au sujet de sa décision de faire appel à un entraîneur inexpérimenté. M. Hughes a répondu en affirmant que Martin possède les qualités sur lesquelles il veut bâtir son équipe et que ces qualités sont plus importantes que des années d’expérience. Comme quoi qui nous sommes est plus important que ce que nous savons.

Avec des qualités semblables à celles de Martin St-Louis, peu importe notre expérience, nous pouvons continuer à bâtir l’école d’aujourd’hui. Ensemble, pour nos élèves.

Merci de vos commentaires 🙂

14 Fév, 2022

Recevoir le blog par courriel

Merci pour votre inscription!

Commentaires

4 Commentaires

  1. Julie Durand

    J’adore! C’est un texte rempli d’espoir envers les valeurs humaines que l’on souhaite mettre de l’avant. Merci pour ce billet, Marius.

    Réponse
    • Marius

      Yes. Merci à toi Julie 🙂

      Réponse
  2. Ouellet Marc

    WoW !! Martin, toi les similitudes tout est là. Je suis enseignant en FP et entraîneur de hockey. Je fait toujours des parallèles avec l’école et le hockey. Soyons des leader pour l’avenir de notre belle jeunesse 💪🏻😎. Marc Ouellet

    Réponse
    • Marius

      Salut Marc! Je suis content de voir que je ne suis pas le seul à voir ces liens. Merci de ton commentaire.

      Réponse

Laisser un commentaire

Vous pourriez aimer

Les droits de l’apprenant

Lors de la première session de coaching LI-VE, j'ai présenté les droits de l'apprenant aux participants. J'ai pensé...